LE VIET-VO-DAO


Art martial : viet vo dao

Le Viet-vo-dao est le terme générique pour désigner l'art vietnamien du combat sans arme, le Co-vo-dao étant la pratique complémentaire des armes.


Ses racines remontent à plusieurs siècles avant notre ère et les influences chinoises sont évidentes. On peut répartir les très nombreux styles en trois courant, reflétant leur implantation géographique : le Vo-Bac-Ninh, dans la région du Tonkin (influence des styles chinois du sud), le Vo-Binh-Ninh dans le sud. C'est à Nguyen Loc (1912-1960) que revient le mérite de la première tentative de synthèse après la Seconde Guerre MOndiale. A la veille de l'indépendance du Vietnam (1955) différents groupements, sous le couvert d'associations sportives, virent le jour, avec notamment le mouvement Vovinam de Nguyen-Loc, le Tinh-Vo-Hoi (arts martiaux sino-vietnamiens) avec entre autres Chau Quan Ky, le Vo-Vietnam (Cuton) ou encore le Vu-Dao.



Ces groupements connurent une structuration plus forte dans le cadre du Sud Vietnam dans les années 1960, avec, notamment, la création du Tong-Hoi-Vo-Hoc-Viet-Nam (Confédération nationale pour l'étude des arts martiaux vietnamiens). Cette Confédération fut notamment créée pour contrecarrer l'influence sans cesse grandissante auprès de la jeunesse vietnamienne de disciplines martiales venant des autres pays asiatiques. Les évènements politiques de 1975 firent éclater ce cadre, obligeant les écoles à fermer leurs portes et amenant nombre de leurs Maîtres et pratiquant à quitter leur pays pour s'expatrier définitivement en Occident, surtout en France. Techniquement, la création vietnamienne est très proche des autres styles de percussion de stype Karaté Japonais ou Quan-fa chinois. Elle distingue notamment : des postures de base, des déplacements, des techniques de main, des techniques de pied, des parades, des clés d'articulations, des projections, des formes codifiées.