LE NIN-JUTSU


Art martial : Ninjutsu

Le Nin-jutsu est l'ensemble des arts martiaux japonais pratiqués, à l'origine, par les membres d'une caste particulière : les ninjas.


De par les missions spéciales effectuées par ces derniers, le Nin-jutsu fut qualifié de techniques d'espionnages du Jafon Féodal. L'image légendaire du ninja, adepte du Nin-jutsu ancien, est celle d'un guerrier vêtu de noir, avec une capuche, une cagoule, et le fameux sabre droit porté dans le dos. L'homme lance des fléchettes et des étoiles métalliques empoisonnées, et disparait brusquement aux yeux des ennemis derrière un écran de fumée. Il grimpe aux murs, virevolte dans l'espace et échappe comme par magie à ses poursuivants. Mais où est la réalité ?



Les origines du Nin-jutsu semblent incertaines. Selon la légende, la discipline serait apparue pour la première fois sous le reigne de Suiko (593-628), lors d'un conflit opposant les troupes de Shôtoku Taishi (574-622) à celles de Moriya. Un guerrier nommé Otomo-No-Saijin aurait permit au prince Taishi de l'emporter sur son rival en lui fournissant de précieuses indications sur les manoeuvres du camp ennemi, il fut gratifié du nom de Shinobi. Certains ouvrages mentionnent un certain Michinoué-No-Mikoto comme pionnier de la discipline.
Yoshitumé Minamoto (1159-1189) est supposé avoir étudié certaines pratiques du Nin-jutsu, peut-être sous l'influence de son compagnon d'armes, le moine-guerrier Musashibô Benkei.
Art martial : Ninjutsu Selon Kenji Tokitsu, le Nin-jutsu a commencé à se développer véritablement à partir du VIe siècle. C'est un art issu du Sarugaku ou Sangaku, spectacle ambulant d'origine chinoise. Tokitsu précise "le Sangaku était un spectacle complet, comportant danse, musique, magie et aussi des exercices énergétiques qui permettaient de réaliser le contrôle et les techniques du corps nécessaires au spectacle.

Le Sangaku comportait donc une science du corps qui va imprégner ma méthode de formation des guerriers. Au Ve siècle, des groupes d'immigrés Chinois, officiellement invités par l'empereur du Japon, s'installent dans la région de Iga et constituent le clan Hattori. Au XVe siècle, les conflits entre les seigneurs féodaux s'aggravent et ces derniers emploient alors les ninjas pour récolter des informations et effectuer des missions clandestines. Ceux du clan Hattori de Iga vont diriger la plus grande partie des activités ninja.

Le Nin-jutsu comprend toutes les disciplines habituelle du Bu-jutsu (arts martiaux pratiqués par les samourais), ainsi que certaines disciplines qui lui sont spécifiques comme le Shuriken-jutsu (art du lancer), le Shichihodé-jutsu (technique des déguisements), le Goton-no-jutsu (l'art des cinq subterfuges), le Sansa-no-jutsu (techniques d'infiltration d'une place forte), le Noroshi-jutsu (art des signaux lumineux), etc...
La version à mains nus du Nin-jutsu est généralement nommée Ninja Tai-jutsu, Ninja Jû-tai-jutsu , Ninja Kempô-jutsu ou encore Ninpô Tai-jutsu. Elle se compose d'un ensemble varié de techniques de percussions, saisies, projections, immobilisations, luxations, strangulations, et points de pressions proches de celles du Jû-jutsu traditionnel.