LE KARATÉ


Les origines du Karaté


Art Martial - Karaté La plupart des étudiants occidentaux en arts martiaux asiatiques, s'ils ont fait des recherches sur les origines du karaté, ont sûrement du rencontrer des références à Bodhidharma. Il est connu comme "Daruma" au Japon, et ce moine bouddhiste indien est cité comme la source première de tous les styles d'arts martiaux ou du moins pour tout style qui puise ses racines au temple légendaire Shaolin. Toutefois, la question de ses contributions aux arts martiaux et au bouddhisme zen, et même de son existence même, a été un sujet de controverses parmi les historiens et les universitaires des arts martiaux depuis de nombreuses années.



Selon la légende, les origines du karaté ont commencé il y plus d'un millier d'années, peut-être dès le Ve siècle avant J.-C. quand Bodhidharma arriva à Shaolin-si (« petit temps de la forêt), de la Chine à l'Inde et a enseigné le bouddhisme zen. Il a également mis en place un ensemble d'exercices conçus pour renforcer le corps et l'esprit, des exercices qui auraient marqué le début du style de combat Shaolin. Enseignement de Bodhidharma devint plus tard la base de la plupart des arts martiaux chinois. En vérité, les origines du karaté semblent quelque peu obscures et peu connu au sujet du développement précoce du karaté jusqu'à ce qu'il apparaisse à Okinawa.

Art Martial - Karaté Okinawa est une petite île appartenant au Japon moderne. Elle est l'île principale de la chaîne des îles Ryuku qui s'étend du Japon à Taiwan. Entourée de corail, Okinawa est d'environ 10 km de large et seulement environ 110 km de long. Il est situé 740 kilomètres à l'est de la Chine continentale, à 550 km au sud de la partie continentale du Japon et à une distance égale au nord de Taïwan. Située au carrefour des principales routes commerciales, son importance en tant que "lieu de repos" a été découverte par les Japonais.
Elle plus tard développée comme un centre commercial pour l'Asie du sud, le commerce avec le Japon, la Chine, l'Indochine, la Thaïlande, la Malaisie, Bornéo et les Philippines.

Dans ses débuts, l'art martial connu sous le nom « karaté » était une forme de lutte pratiquée par avec le poing fermé qui a été développée à Okinawa et a appelée « Te » ou «main». L’interdiction d'armes imposée aux habitants d'Okinawa en divers points de leur histoire, a encouragé le raffinement des techniques à mains nues et, pour cette raison, a été formé dans le secret jusqu'à l'époque moderne. Affinement et évolution sont arrivées avec l'influence d'autres arts martiaux apportés par les nobles et les marchands de l'île.

Le « Te » continu à se développer au fil des ans, principalement dans trois villes d'Okinawa : Shuri, Naha et Tomari. Chacune de ces villes a été un centre d'une secte différente de la société : les rois et les nobles, les commerçants et les gens d'affaires, les agriculteurs et les pêcheurs, respectivement. Pour cette raison, différentes formes d'auto-défense mises au point au sein de chaque ville, devinrent par la suite connues sous le nom de Shuri-te, Naha-te et Tomari-te. Ensemble, elles sont appelées Okinawa-Te ou Tode, «main chinoise». Peu à peu, le karaté a été divisé en deux groupes principaux : Shorin-ryu qui s'est développé autour de Shuri et Tomari et Shorei-ryu qui venaient de la région de Naha. Derrière toutes ces différences, les méthodes et les objectifs de tous karaté d'Okinawa sont une seule et même chose. Shorin-ryu a un style rapide et linéaire avec une respiration naturelle tandis que Shorei-ryu a des mouvements enracinés avec une respiration synchronisée avec chaque mouvement. Fait intéressant, ce concept de deux styles de base existent également dans le kung-fu avec une division similaire des caractéristiques.

Karatedo

Etymologie du mot Karaté


Le caractère chinois utilisé pour écrire « Tode » pourrait également être prononcé « kara » ainsi le nom « Te » a été remplacé par « kara te » - « jutsu » ou « la main de l’art chinois » par les maîtres d'Okinawa. Il sera changé plus tard pour le « karaté-do » par Gichin Funakoshi qui a adopté une signification alternative pour le caractère chinois pour « kara », «vide». De ce point sur le terme karaté est venu à signifier « main vide ». Le « Do » dans le karaté-do signifie « voie » ou « chemin », et témoigne de la discipline et de la philosophie du karaté avec des connotations morales et spirituelles.

L'essort du Karaté


La première démonstration publique du karaté au Japon en 1917 par Gichin Funakoshi, eut lieu au Butoku-den de Kyoto. Ceci, ainsi que des démonstrations ultérieures, impressionnèrent grandement de nombreux japonais, y compris le prince héritier, qui était très enthousiaste à propos de l'art d'Okinawa. En 1922, le Dr Jano Kano, fondateur de l'art japonais du judo, a invité Funakoshi pour une démonstration au célèbre dojo Kodokan et de rester au Japon pour enseigner le karaté. Ce parrainage a contribué à établir une base pour le karaté au Japon. Comme un « art paysan » d'Okinawa le karaté aurait été méprisé par les Japonais sans le soutien d'un si redoutable maître des arts martiaux.
Aujourd'hui, il existe quatre principaux styles de karaté-do au Japon : Goju-ryu, Shito-ryu, Shotokan, et Wado-ryu.

L'apprentissage du karaté


Le Karaté, quelque soit sa forme, fonde son art sur des techniques principalement de percussion. En attaque comme en défense, nombreuses parties du corps sont utilisées comme une arme : main, doigts, avants bras, pieds, tibias, coudes, genoux, tête et épaules.
Les différentes techniques faisant partie du karaté regroupent des parades, des esquives, des balayages, des projections et des clés.

Chaque cours débute et se fini par un salut nommé "rei".
Durant l'entrainement, les combattants apprendront les "katas", ces combats codifié imaginaire, ainsi l'assimilation des "bunkai", l'application des "katas" pendant un combat, puis du "kumite" qui représente le combat en lui même.
Parmi les différentes tactiques de combat du karaté, nous pourrons citer : ippon kumite, sambon kumite, gohon kumite, pinan kumite, oyo kumite.





Annuaire des clubs de karaté dans votre ville :