LE KRABI-KRABONG

Le Krabi-krabong est une discipline martiale traditionnelle thaïlandaise, employant des sabres et des bâtons, utilisés seuls ou par paires.


La Krabi-krabong a subi, tout au long de son élaboration, les influences conjugées des méthodes indiennes, chinoises et japonaises. Selon Donn Draeger et Robert Smith dans "Asian Fighting Arts", la discipline fut pratiquée par les familles royales dès le règne du roi Râma IV (1851-1868).

L'entraînement traditionnel se fait généralement de la manière suivante :

- Deux sabres contre deux sabres
- Deux sabres contre un sabre et un bouclier
- Bâton long contre bâton long
- Bâton long contre deux bâtons courts



Art Martial - Krabi krabong Il existe des compétitions dans lesquelles les combattants attaquent et se défendent selon un ordre pré-arrangé. Les assauts se déroulent au son d'une musique thaïlandaise traditionnelle que l'on retrouve dans le Muay-thaï.
Parmi les autres armes traditionnelles du Krabi-krabong se trouvent des boucliers de cuir ou de métal, des couteaux, des haches et une petite lance de la taille d'une flèche. Selon Ajarn Kriengsak Sirisumphan, le responsable du développement du Krabi-krabong au sein de l'International Amateur Muay Thaï Federation : "le Krabi-krabong est l'héritage des techniques guerrières qui ont permis à notre peuple, conjointement à la détermination de nos ancètres, de survivre en tant que nation indépendante au long des siècles. Les armes sont l'extension des bras et leurs techniques se combinent avec les frappes des jambes. Je considère que tous les élèves de Muay-thaï ayant atteint un niveau supérieur devraient s'initier au Krabi-krabong. Spécialement ceux qui, pour des raisons d'âge, ne peuvent plus envisager la compétition. Ils y trouveront un moyen de continuer à profiter de l'art martial en accord avec leurs possibilités physiques et ils effectueront un travail spirituel dont on se soucie peu quand on est jeune".
L'un des grands maîtres du Krabi-krabong fut Pakru Samaï Mashamana, qui fut l'instructeur en chef du Buddhaï Swan Sword Institute.