SAVATE / BOXE FRANCAISE


Sport de combat : boxe-francaise

La Savate est une boxe pieds-poings, qui à l'origine était composée de coups, de passements de jambes et de prises.


La Boxe Française est la forme sportive dérivée de la Savate originelle, dont la vocation première était avant tout la self-défense. Si l'art de combattre a fait partie de toutes les civilisations, la Savate ne semble pas avoir d'équivalent en Europe. L'histoire de cet art permet de comprendre le fondement sur lequel repose la technique de la Savate-Défense d'aujourd'hui. Nous associons bien souvent les arts martiaux à l'Asie. C'est oublier un peu vite, le patrimoine des autres pays en matière de styles et techniques de combat. Et quant à la Savate et sa fidèle compagne la Canne, il s'agit de l'art martial Français par excellence.



La Savate, un art martial Français


C'est à l'occasion de duels que l'on entend parler pour la première fois de la Savate, au début du XIXe siècle. La discipline était régie par un code d'honneur, et selon la gravité de l'offense tous les coups étaient autorisés, ou bien n'utiliser que les poings et les pieds.
Les diverses descriptions des attitudes corporelles des pratiquants de Savate en action se rejoignent. L'art semble donc faire l'objet d'une transmission. Les duels et les tournois les plus importants ont lieu à "la Pointe de l'Isle". Les combattants s'affrontent, suivis de leurs témoins, dans ce lieu désert. La littérature contribue à propager cet art et à l'entourer de mystère. Bien que ces premières descriptions datent du XIXe siècle, rien n'empêche de penser que la Savate existait bien avant. Mandrin, célèbre chef d'une troupe de contrebandiers du milieu du XVIIe siècle, pilleur des caisses des collecteurs d'impôts, était connu pour terrasser ses ennemis avec des coups de pied.
Des écrivains célèbres du XIXe siècle (Alexandre Dumas, Théophile Gauthier, ...) dotent leur héros et leurs héroïnes d'une arme redoutable leur permettant de se tirer des mauvais pas : la Savate, véritable escrime de la cour des Miracles. A cette époque, on change soigneusement de trottoir dès que l'on croise un individu coiffé d'un bonnet à gland, un bourgeron, un de ces Apaches disait-on alors, qui pourrait bien connaître les passes mystérieuses et redoutées de la Savate.

Boxe, de la rue aux salles d'armes


Sport de combat : boxe-francaise On suppose que la Savate était enseignée depuis fort longtemps par les maître d'armes. Ne parle-t-on pas, à la renaissance, de la "petite escrime" pour évoquer le combat à mains nues.
A cette époque, on fait de la Savate pour apprendre à se défendre. Et contrairement à l'image répandue dans le public, la Savate n'utilise pas que les pieds : c'est aussi les mains ouvertes, les prises, les saisies, ...
Au fil du temps, le but de la boxe française devint double : l'hygiène et la défense personnelle. Dés le XIXe siècle, il s'agit d'une activité à la fois ludique et d'auto-défense. Activité ayant des vertus formatrices aux plans physique, moral et mental. Du reste, le maître de Savate était bien souvent rompu à la Boxe Française, à la Canne, à la Lutte Parisienne, à la gymnastique.

La Boxe française d'alors comportait nombreuses formes de percussions (genoux, coude, jambes, poings, mais également tête), multiples saisies, strangulation, clés et torsion. S'apparentant un peu à un "combat de rue" ou tout est permis. Les innombrables coups et techniques de la Boxe Française portaient des dénominations au charme désuet : musette, coup du lapin, le faire aux pattes, couler aux jambes, coup de la fourche, tour de bras, la petite chaise, saisie en parapluie, etc...

Démocratisation de la Savate et Boxe Françaises


La Savate prend donc toutes ses origines en France, notamment à Paris. Le maître d'armes Michel Casseux ouvre une salle d'entraînement dans le Faubourg-Montmartre en 1820, ou il enseigne l'escrime traditionnelle mais également la Savate et la Canne. On peut ainsi sans trop se tromper alloué la naissance de la Savate à Michel Casseux.
Un de ses élèves, Charles Lecour, devient à son tour professeur en 1830. Il fut le premier à codifié la Boxe Française, après avoir étudié la Boxe Française

La pratique de la Savate s'étendit de la sphère civile, à l'armée et à la police. sa réputation tant en France qu'à l'étranger ne cessa de grandir.
Des français l'exportèrent, entre autre en Russie, aux Etats-Unis, en Australie. On pratique encore dans ces deux pays une forme originelle de Savate, de canne et de bâton. Malheureusement les deux guerres mondiales virent la plupart des maîtres mourir au combat et la Savate de tomber dans l'oubli. Pourtant, encore connues de quelques-uns, ces techniques ont été préservées grâce à la volonté farouche d'une minorité. En effet, la difficile constitution de la Savate en sport de compétition (1900-1975) , sous la pression concurrentielle de la boxe anglaise a logiquement conduit à écarter de nombreuses techniques jusqu'alors connues et enseignées.
C'est à partir de 1994 qu'un réflexion a été engagée par la Fédération Française de Savate Boxe Française pour rénover ce patrimoine, réflexion qui devait mener à la définition et à la structuration de la Savate-Défense. Une méthode moderne de self-défense était née, reposant sur un savoir-faire et un style ancien.

ADAC, Académie Des Arts de Combat





Annuaire des clubs de Boxe Française dans votre ville :

Savate Aix En Provence
Savate Amiens
Savate Angers
Savate Avignon
Savate Besançon
Savate Béziers
Savate Bordeaux
Savate Brest
Savate Caen
Savate Cannes
Savate Clermont Ferrand
Savate Dijon
Savate Grenoble
Savate Le Havre
Savate Le Mans
Savate Lille
Savate Limoge
Savate Lyon
Savate Marseille
Savate Metz
Savate Montpellier
Savate Mulhouse
Savate Nancy
Savate Nantes
Savate Nice
Savate Nimes
Savate Orléans
Savate Paris
Savate Pau
Savate Perpignan
Savate Poitiers
Savate Reims
Savate Rennes
Savate Rouen
Savate Saint Etienne
Savate Strasbourg
Savate Toulon
Savate Toulouse
Savate Tours
Savate Villeurbanne